Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 09:56

                  LA BEREZINA
                                     par H.Borentain

     Cet article fait suite aux deux articles,hélas prémonitoires,déjà publiés:
     - Les U.S.A. un colosse qui s'effondre.
     - U.S.A.,la crise.
et l'ensemble des articles qui développent le Hirshisme.
     La crise financière qui frappe durement l'ensemble des pays occidentaux trouve son origine dans le déséquilibre introduit dans le fonctionnement du système Fordien par le comportement des travailleurs fluides (Tfl).
     L'équation fondamentale des valeurs:
           T + MP + AM = M      (1)
     trouve sa traduction financière:
          S + PMP + PAM = PM   (2)
       dans laquelle le Salaire S est la transformation monétaire du Travail,PMP est le prix des matières mremières, PAM est le prix des amortissements,et PM,le prix des marchandises.
     Lorsque le travailleur vend son travail,il perçoit son salaire.Lorsque l'entrepreneur vend sa marchandise,il en perçoit le prix.Le travailleur achète la marchandise avec son salaire.La circulation des valeurs s'effectue équitablement dans le sens inverse de celui du numéraire.
     En appelant Marchandises Consommables ( MC),les produits qui n'entrent pas dans le processus de la fabrication,on démontre,mais nous ne le démontrerons pas ici pour ne pas alourdir l'article,que la valeur de la totalité du Travail,est identique à la valeur de la totalité des marchandises consommables produites.
     La surproduction de marchandises qui résulte du comportement des travailleurs fluides (Tfl) est traitée de manière différente par les européens et les américains:
     Les économies européennes résorbent les surplus par une limitation de la production et le traitement social du chômage
     Les U.S.A. résorbent la surproduction par la mise en place massive du crédit avec les conséquences décrites dans l'article "U.S.A.,la crise".
     Lorsque la production diminue dans notre pays,le numéraire résultant de la vente des marchandises n'est consacré,ni à l'achat du travail et des matières premières,ni à l'amortissement.De ce fait,il se crée une masse monétaire qui s'accumule dans les banques,et donne l'illusion de l'opulence.
     Les banques françaises ont investi ces numérairesdans les sociétéa de Crédit américaines,attirées par les rendements élevés,et bernées par les garanties très largement surévaluées. Contrairement à la Chine,le prix élevé de nos produits en interdisait l'exportation,et la récupération de nos fonds.(voir :U.S.A.,la crise).
     En décidant de racheter les" créances pourries" des banques,pour 700 milliards de dollars,les contribuables américains renoncent à la partie correspondante de leur consommation à crédit.Ils résorbent les surplus de marchandises laissées par les Travailleurs fluides (Tfl),par la baisse de la production et le chômage qui en résulte.
     En renflouant les banques françaises,par une prise de participation,le gouvernement français renonce à leurs créances sur les établissements financiers américains en déroute.
     Les capitaux ainsi évaporés nous feront dramatiquement défaut lors d'une hypothétique relance de notre économie.
     ET dans ce contexte,aussi bien aux U.S.A ,qu'en France,les travailleurs fluides sont toujours à l'oeuvre.
     Le Hirshisme et la croissance sont encore bien loin.
                                                        H.B. 



      

Partager cet article

Repost 0
Published by H. - dans economie
commenter cet article

commentaires