Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 11:43

           U.S.A., LA CRISE

 

                                         par H.Borentain

     « Je veux que mes ouvriers roulent dans les automobiles qu’ils fabriquent »                             
                          H.Ford (constructeur automobile)
 


     Dans le système économique Fordien,les travailleurs élaborent industriellement ,et en grande quantité,des produits standards qu’ils consomment.Le Salaire,contrevaleur monétaire du Travail,revêt deux formrs:

     1°) Il représente la rétribution du Travail,c’est un coût.

     2°) Il permet aux travailleurs d’acquérir les marchandises,c’est un Pouvoir de Consommer pour les travailleurs.

     L’équilibre du système repose drastiquement sur le fait que les travailleurs consomment les marchandises qu’ils élaborent,grâce au montant de leur salaire.La répartition des dépenses entre les differentes marchandises, est censée se réaliser par la loi de l’offre et de la demande.

     Elaboré en 1933 par le Président ROOSEVELT,pour mettre fin à la terrible crise de 1929, le Fordisme prévaut aux U.S.A.,et,d’une manière plus ou moins parfaite,dans la plupart des pays industrialisés.

     L’apparition massive de travailleurs immigrés,réguliers ou clandestins,(Tfl),qui envoient l’essentiel de leur salaire à leur famille restée au pays,où,grâce à la distorsion des taux de changes,est de 6,voire de 20 fois supérieur à celui qu'il a aux U.S.A.,provoque le déséquilibre du système Fordien: Les marchandises que ces travailleurs ont élaborées, correspondantes au salaire qu'ils ont expédié au pays, ne sont pas consommées.Il se crée ainsi une situation de surproduction structurelle que le marché ne peut équilibrer par une baisse des prix qui entrainerait une baisse des salaires.

     Pour résorber le supplément de marchandises,et éviter le chômage qui résulterait de la diminution de la production,les U.S.A. ont adopté une politique de Crédits massifs et façiles,les fonds nécessaires pour alimenter ces crédits étant fournis par les marchés internationaux,essentiellement la Chine et les pays producteurs de pétrole.

     Théoriquement,l’endettement est strictement égal aux montants des fonds que les travailleurs immigrés ont envoyés dans leur pays.

     Ce déséquilibre qui s’accroit avec le temps,perdure aussi longtemps que les U.S.A.,trouvent des capitaux sur les marchés internationaux,mais conduit inexorablement l’économie américaine vers l’implosion.Et,durant cette période,les sociétés de crédit et de financement,intermédiaires indispensables se sont octroyé des rétributions parfois très substentielles

     Pour être complet,les pays qui reçoivent les fonds des travailleurs immigrés,se trouvent en possession de pouvoir d’achat sans avoir produit de marchandises correspondantes.Pour utiliser avantageusement ces fonds, ils procèdent à l’importation de ces marchandises en provenance de pays à monnaie faible (en provenance de la Chine,ce pays récupère ses fonds qui peuvent être à nouveau prêtés.La dette des U.S.A.s’accroît,alors que la masse monétaire en circulation reste constante).

     La crise des subprimes,c’est-à-dire la faillite personnelle des emprunteurs,a semé le doute chez les pays prêteurs qui ont restreint leurs prêts,et mis en difficulté les banques et les sociétés de crédit.Le coup de grâce est survenu lors du voyage épique de la Flamme Olympique à travers le monde,la Chine a "perdu la face",et coupé le robinet à dollars.La source de fonds Chinoise s’est évanouie avec les conséquences que l‘on sait.

     L’injection de 700 milliards de dollars,ne règle évidemment pas le fond du problème.Cauthère sur une jambe de bois,outre l‘assechement de la capacité de consommation qu‘il provoque par l'effet de la ponction de l'impôt,son effet va se dissiper très rapidement,jusqu’à la prochaine crise,sous la nouvelle présidence des U.S.A..

     La solution réside dans une application drastique des principes Hirshiens:Equilibre absolu des balances de paiement avec chaque pays, qui incluent les fonds exportés par les travailleurs fluides (Tfl),et les autres évasions monétaires.

     A bon entendeur,salut,et bon courage.

Remarquons en passant,que cette crise intervient au moment opportun,pour justifier le marasme dans lequel nos dirigeants ont plongé notre économie,par impuissance,et par l’absence totale de politique économique cohérente.

                                                               H.B.

Partager cet article

Repost 0
Published by H. - dans economie
commenter cet article

commentaires