Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 12:24


     ENRICHISSEMENT-APPAUVRISSEMENT

                   4ème PARTIE

               L’ENRICHISSEMENT 

                                               par H.Borentain

     Rappelons que la CONSOMMATION de marchandises,qu’elles soient réelles ou virtuelles,succède à leur acquisition et se concrétise par leur destruction.

     Cette consommation peut être lente ou rapidr,effective ou différée,productive ou finale.

     Nous admettrons que les acquisitions se font sans endettement.Les problèmes de credit seront traités ultérieurement.

     L’enrichissement se mesure par l’accroissement de la consommation dont l’origine se situe dans;

     1°) L’accroissement de la production.

     2°) L’excédent des importations sur les exportations (C’est un endettement traité ultérieurement)

     3°) La marchandisation de produits antérieurement gratuits qui deviennent payants (C’est un enrichissement apparent et comptable sans support réel)

     Nous distinguerons l’enrichissement selon le système économique Paupériste ou Fordien,qui sont les formes extrêmes de l‘économie industrielle.Le système économique effectif d’une société se situe entre ces deux extrêmes.

     A) Enrichissement dans le système paupériste.

     La société est divisée en deux classes,les Travailleurs et les Capitalistes.

     Le Salaire du Travailleur est le prix de sa Force de Travail,c’est-à-dire le coût de reproduction du Panier Familial.Son enrichissement est donc inconcevable,sinon par un bienveillant paternalisme du Capitaliste qui augmenterait le contenu du Panier Familial

     L’enrichissement ne concerne donc que les Capitalistes,et se limite à l’accroissement de la Plus-Value.Nous allons analyser les conditions de cet accroissement.Rappelons ici que la Plus-Value est la différence entre le coût de la Force de Travail et la valeur du Travail

.

     Paradoxe de l’augmentation de la productivité en système Paupériste.

     Pour augmenter la productivité du travail,le Capitaliste doit investir dans son entreprise une partie de la Plus-Value qu’il a dégagée.De ce fait,la Plus-Value dont il dispose pour sa consommation personnelle diminue.L’investissement n’est rentable que si l‘accroissement dela Plus-Value est supérieur à l’investissement.

     Nous allons analyser les effets économiques de l’investissement.

     Les mêmes produits peuvent être fabriqués par diverses entreprises,des entreprises très industrialisées avec peu de main d’œuvre,et des entreprises faiblement industrialisées,à forte utilisation de main d’œuvre.

     Le Prix de production des premieres comprend peu de Travail et de Plus-Value,et beaucoup d’amortissement de machines.

     Le Prix de production des secondes comprend beaucoup de Travail et de Plus-Value,et peu d’amortissement de machines.

     L’industrialisation implique que le prix unitaire des produits élaborés par les premières est inférieur à celui des produits élaborés par les secondes.

     On peut ainsi classer les entreprises en fonction du Prix de production d’une même catégorie de produits.

     La loi de l’offre et de la demande,et le principe du Prix Unique font que le prix de ces marchandises est fixé par le Prix de production obtenu par l’entreprise la moins performante.

     Les entreprises mieux classées perçoivent une sorte de PRIME à la Productivité d’autant plus importante qu’elles sont plus productives.

     Cette PRIME qui s’ajoute au Prix de production de la Marchandise,s’assimile à l’enrichissement hausse de prix séléctive décrit dans l’article précédent.

     Un Capitaliste investit pour améliorer la productivité du Travail,et diminuer le Prix de production des marchandises qu’il élabore.D’une façon constante l’investissement induit l’augmentation quantitative de la production.De ce fait,l’entreprise remonte dans le classement,sa PRIME unitaire augmente,et s’applique à un nombre accru de produits fabriqués.

     C’est le raisonnement,certes un peu simpliste,qui stimule l’investissement qui dans un premier temps, produit les effets escomptés.Plus élaboré,ce raisonnement aboutit à des conclusions plus paradoxales.

     L’investissement a augmenté la production de marchandises .L’Offre de marchandises de cette catégorie dépasse alors la Demande qui peut désormais être satisfaite par la production des premières entreprises de la liste.Le prix des produits se fixe alors par le Prix deproduction de l’entreprise la moins performante de ces dernières.Les entreprises suivantes doivent alors vendre leur production à un prix inférieur à son prix de production,et sont donc appelées à disparaître.

     Pour les entreprises restantes,et pour l’entreprise qui investit,la PRIME unitaire diminue,faisant baisser la rentabilité de l’investissement.

     L’avantage indiscutable de l’investissement est l’abaissement du prix des marchandises concernées ui accroît le pouvoir d’achat des Salaires et des Plus-Values .

     A mesure que les investissements augmentent,les PRIMES unitaires diminuent,les entreprises les moins performantes disparaissent,détruisant des masses d’emplois de plus en plus importantes.Les prix des marchandises se rapprochent des Prix de production qui laissent une Plus-Value d’autant plus faible que la productivité du travail a réduit au minimum le nombre des Travailleurs.Cette Plus-Value décroissante s’appliquant à un Capitlal de plus en plus élevé diminue le Taux de Profit.

     C’est LA BAISSE TENDENTIELLE DES TAUX DE PROFIT du système paupériste.

     Depuis des décénies,ce processus fait disparaître les entreprises peu performantes dans des secteurs tels que la métallurgie,la chimie,les filatures etc…Les entreprises restantes,peu nombreuses et très industrialisées en sont réduites,pour survivre,à demander l’aide de l’Etat,avant d’être rachetées à vil prix par des Investisseurs internationaux qui les intègrent dans de nouvelles structures dans lesquelles existent encore des entreprises peu industrialisées.

     B)Enrichissement dans le système Fordien

     Dans ce système,il n’existe qu’une seule classe,les Producteurs-Consommateurs.

     L’augmentation de la Productivité fait baisser le Prix de production des Marchandises tout en augmentant le volume de la production.Le pouvoir d’achat des Salaires augmente ainsi que le volume de la Consommation.

     Nous allons essayer d’imaginer les conséquences dialectiques de l’investissement dans un système économique Fordien.Pour cela nous faisons un raisonnement identique à celui que nous avons tenu en système Paupériste.

     Diverses entreprises élaborent une même catégorie de produits.Certaines d’entr’elles sont fortement industrialisées,les autres sont faiblement industrialisées.

     Compte tenu des effets de l’industrialisation,les premières ont un Prix de production plus faible que celui des secondes.

     La loi de l’offre et de la demande,et la règle du PRIX UNIQUE font que le prix du marché s’établit par le Prix de production de l’entreprise la moins performante.De ce fait,les entreprises perçoivent une sorte de PRIME d’atant plus élevée que la performance est plus grande et que le volume de la production est plus élevé.

     On peut alors classer les entreprises en fonction de l’importance de leur PRIME unitaire.

     En système Fordien,les primes sont attribuées aux Travailleurs,en leur fournissant un meilleur salaire,des avantages sociaux,ou un investissement dans des moyens de production.

     Les différences de traitements des travailleurs opérant dans les différentes entreprises entraîne les conséquences suivantes;

     Les travailleurs qui opèrent dans les entreprises peu performantes font pression sur leurs employeurs pour obtenir le même traitement que celui des travailleurs qui opèrent dans les entreprises performantes.De ce fait,le Prix de production de ces entreprises augmente,et entraine l’augmentation des PRIMES pour les autres entreprises.L’attrait du gain provoque alors une hausse de la production des entreprises déjà performantes.

     La croissance de la production entraîne l’excès de l’offre sur la demande,la baisse des prix et la disparition des entreprises les moins performantes,le Prix de production de base diminue,et entraîne la diminution des PRIMES,et les Travailleurs des entreprises restantes doivent alors consentir la baisse de leurs avantages liés à la Prime

     En fin de compte,la recherche du gain maximum conduit à la disparition successive des entreprises et la concentration de la production entre les mains de quelques unes,fortement industrialisées.Les prix de production deviennent alors les prix de marché,et les primes disparaissent.Les gains de productivité se traduisent désormais par une diminution des prix et une élévation générale du pouvoir d’achat des Producteurs Consommateurs.

     La méconnaissance de ce raisonnement à entrainé l’échec des nationalisations de Programme Commun.Lorsque les entreprises peu performantes ont commencé à disparaître,les employés des entreprises nationalisées n’ont pu se résigner à renoncer aux avantages liés aux Primes.Les prix de production de ces entreprises sont devenus excessifs,et l’Etat a du combler leurs déficits,avant de les re-privatiser en catastrophe.

                                                             H.B.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by H. - dans economie
commenter cet article

commentaires