Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 12:52

LE DECLIN ECONOMIQUE 7 .

Causes et remèdes

Par H.Borentain.

7ème PARTIE

LES REMEDES.

POSITION DU PROBLEME.IDENTIFICATION DES CAUSES.

Voilà !Dans les pages précédentes ,nous avons exposé les mécanismes qui régissent les principaux secteurs de notre économie et qui ont dégradé la situation pour l’amener au point où elle se trouve actuellement.

Nous avons évité d’encombrer le cerveau de notre lecteur avec des analyses approfondies et mathématiques de chaque secteur d’activité,bâtiment,travaux publics,metallurgie ,chimie,automobile electricité,mécanique agriculture ,etc…avec pour chacun, leurs caractéristiques et leurs spécificités . C’etait inutile pour la clarté de l’exposé.La complexité des situations aurait masqué l’unicité des mécanismes.Par ailleurs ,nous avons évité de parler des rouages de la finance ,de la banque ,des placements financiers,de l’épargne …Tous ces secteurs ne sont pas productifs de richesses .Ce ne sont ,en fin de compte, que des combines et des manigances pour prélever une dîme ,aussi grande que possible ,sur les richesses produites par l’industrie,en masquant les louches manipulations par un fatras de regles et de concepts rendus volontairement obscurs pour tromper les personnes naîves que ces scélérats dépouillent avec leurs arguties de camelots ou de joueurs de bonneteau..

Résumons ici les principaux points que nous avons explicités plus haut :

2 systèmes économiques : Le système pauperiste (P)

Le système fordien (For)

2 types de populations : La population captive (C )

La population fluide (f l)

2 secteurs économiques Le secteur à monnaie Forte (F)

Le secteur à monnaie faible (f)

Un système monetaire international régi par les politiques et les financiers ,volontairement déréglé,qui permet toutes les turpitudes.

Et l’APPAT DU GAIN ,la force irrésistible qui anime ces éléments

Et le FACTEUR TEMPS qui détermine le mouvement que les forces engendrent .

. Dès qu’un système s’anime,il évolue .Les éléments qui composent ce système peuvent arriver à un équilibre ,ou bien leur mouvement s’accélère et pousse l’ensemble vers l’abime ( thèse ,antithèse ,synthèse).ensuite ,un système inconnu se met en place. Cest pourquoi une bonne gestion politique consiste à maitriser les forces économiques pour les maintenir dans une évolution harmonieuse et ne pas les laisser filer vers l’abime,comme cela semble être le cas.

Cest l’identification des forces néfastes que nous allons entreprendre.

Il ne faut jamais oublier que l’économie est une création humaine ,sortie du génie créatif humain ,c’est pourquoi elle obéit à des lois ,à des regles logiques ,compréhensibles par le raisonnement humain,à condition de bien en appréhender les principes.Rien de divin. Rien d’inéluctable !C’est l’Homme qui édicte les principes Les bons principes sont ceux qui intègrent correctement la nature humaine tout en respectant les édits moraux et humanitaires qui fondent notre société. Pas de sentimentalisme morbide ,pas d’hypocrisie,pas de mansuétude inutile,pas de pleurnicheries.Mais une confiance et une foi en l’Homme.

En principe ---La richesse d’une nation nait de l’activité de sa population.

---Le niveau de vie d’une population dépend de la productivité de son travail,c’est à dire de l’intelligence et de l’ingéniosité humaines.

LES CAUSES DU DECLIN DE L’ECONOMIE FRANCAISE.

 

De tout ce qui précède ,il apparaît avec insistance que la principale cause du déclin de l’économie française ,dans la mesure où elle est fordienne comme elle se targue de l’être,provient du fait que les travailleurs fluides (f l) ne se conforment pas aux principes qui regissent le système fordien. Ils ne réinjectent pas la rétribution de leur force de travail dans l’économie nationale,en consommant les produits qu’ils ont élabores.Il faut d’ailleurs constater que certains travailleurs captifs (C ) se comportent également en travailleurs fluides pour une partie de la rétribution de leur force de travail,en partant ,par exemple ,en vacances dans des pays à taux de change avantageux (f l partiel) ou en consommant des produits importés.

Les raisons de ce disfonctionnement sont au nombre de deux :

---La coexistance dans le monde,de pays d’économie fordienne et de pays d’économie pauperiste.La rétribution de la force de travail étant plus élevée dans le secteur fordien que dans le secteur pauperiste ,et le prix des produits est plus elevé dans le secteur fordien que dans le secteur pauperiste.

C’est la cause structurelle.

---La déreglementation totale et anarchique qui règne dans les parités entre les differentes monnaies conduit à des disparités énormes de prix d’un même produit selon qu’il est élaboré dans un pays à bas taux de change ou dans un pays à haut taux de change.

C’est la cause conjoncturelle

 

Pour des raisons historiques liées au colonialisme,les pays à système économique paupériste sont aussi ceux qui ont le taux de change le plus bas.Les deux causes ont généralement des effets qui s’ajoutent.

Une autre cause du déclin économique de la France,,est en quelque sorte culturelle : la part de l’appareil administratif improductif, positivement pléthorique ,et ses agents qui sont particulièrement bien rétribués.Cette dernière raison étant de caractère politique et décisionnel,elle reste entièrement sous la responsabilité de nos dirigeants. Nous ne traiterons pas ici,cette cause du déclin économique de notre pays,mais nous devons cependant admettre que la situation de l’emploi y est tellement dégradée que la moindre réforme dans ce secteur entraine de grandes perturbations sociales et une réaction violente des organisations syndicales.

Ecrire est une activité étrange.En même temps que l’on cherche les mots,les phrases ,la syntaxe,qui décrit le mieux sa pensée,les idées se structurent et s’ordonnent dans un enchainement logique.De nouvelles connexions s’établissent ,s’imposent ,et parfois,un point du raisonnement qui paraissait obscur jusque là ,s’éclaire soudain,s’intègre mieux dans l’ensemble du système,ordonne différement ses éléments et éclaire l’ensemble d’un jour nouveau.

Au point où nous sommes arrivés nous devons avoir une reflexion plus complète sur les causes du déclin économique de la France.Si son rapport avec le concept des travailleurs fluides(f l)et le mecanisme du déclin,a été jusque là bien établi,il me semble que notre analyse de ce phénomène n’a pas encore été assez complète.

Un industriel français peut acquerir toutes sortes de matieres premieres dont il a besoin ,et s’il en fait l’acquisition dans un pays (f),le Congo par exemple,il les payera au prix (Mf) du Congo,avec un taux de change très avantageuxPar contre ,s’il achète la force de travail d’un travailleur fluide (f l) congolais travaillant en France,il la payera au prix de la force de travail française (SF).A cela deux raisons principales :

---Le travailleur congolais travaillant en France devrait,pour reproduire sa force de travail,consommer des produits élaborés en France et donc vendus au prix (MF)

---Il bénéficie de la complicité défensive et angéliquement humanitaire des organisations ouvrières qui revendiquent des salaires identiques pour tous les travailleurs qui occupent une même fonction afin d’eviter que les travailleurs fluides (f l) n’exercent une pression concurrentielle sur le salaire des travailleurs captifs(C ) 

Ce faisant ,on ne tient pas compte du fait que :

---Le travailleur fluide (f l) a laissé sa famille et ses ayants droit dans son pays d’origine (f) et celle-ci consomme donc une grande partie de son salaire dans le secteur (f) où son pouvoir d’achat est beaucoup plus grand.

---La difference de prix d’un même produit entre la France et le Congo est trop grande pour inciter le travailleur fluide à consommer en France.

---Enfin,et accessoirement ,les travailleurs fluides (f l) encouragent fortement l’importation de produits en provenance du pays (f) à l’usage de la population fluide(f l) vivant en (F) ;comme par exemple dans le quartier chinois de Paris(13èmè arrondissement) dans lequel on peut trouver tous les produits chinois à des prix défiant toute concurrence ,mais à l’usage quasi exclusif de la population chinoise immigrée.C’est en quelque sorte une CAPTIVITE FLUIDE,,ou une FLUIDITE CAPTIVE. Plus besoin de se déplacer en pays (f),la marchandise (Mf )vient à nous.Nous sommes tous devenus des CAPTIFS-FLUIDES partiels.

LES REMEDES A LA CRISE .

Dans ces conditions,la première idée qui vient à l’esprit,c’est de limiter ,voire de supprimer les travailleurs fluides (f l).

Sans bien connaître le mécanisme qui va du travailleur fluide (f l) au déclin économique,,les differents gouvernements qui se sont succédés ont senti confusément que la solution de la crise résidait dans le contrôle du flux des travailleurs immigrés.Ils ont donc édicté des lois et des décrets, pris des mesures telles que :Immigration »0 » ;Charters ;Reglementation des sans papiers ;Retour financé au pays d’origine ;et maintenant Immigration choisie ,pour limiter au maximum la présence de travailleurs immigrés sur notre territoire.

Bien entendu,,toutes ces mesures ont été et sont vouées à l’échec.L’attrait économique des pays (F) tels que nous les avons décrit ,étant beaucoup trop intense pour décourager les vocations ,c’est cette force attractive qu’il faudrait diminuer

Aussi longtemps que cette force attractive existera,l’effet des mesures restrictives ne pourra être que temporaire .

Lorsque ces mesures seront prises ,les circuits d’immigration deviendront de plus en plus complexes ,de plus en plus onéreux ,de plus en plus maffieux.Les risques pris par les candidats à l’immigration deviendront de plus en plus grands et impliqueront la mise en peril de la vie même des demandeurs.Mais la force induite par le gain monétaire est vraiment trop grande .l’attrait de l’ELDORADO est insurmontable ,et c’est maintenant la curée,le GOLD-RUSH avec ses misères et ses charniers,les bateaux qui font naufrage en Méditerranée ou en Atlantique,les barrières élèctrifiées au Maroc,les traversées meurtrières du Sahara. Rien n’y fait. Chaque mesure de restriction est suivie d’une mesure de régularisation massive .Ce n’est vraiment pas la solution,mais faute de mieux,les tentatives se succèdent et sans doute se succederont encore longtemps sans plus de succès.

La deuxième idée qui qui vient alors à l’esprit,plus douce ,plus humaine ,plus conforme à l’esprit des « Droits de l’homme »consisterait à contraindre les travailleurs fluides (f l) à se conformer aux principes du système fordien,ce qui revient à les obliger à dépenser leur salaire en France.

Séduisante du point de vue théorique,cette idée se heurte à un certain nombre d’impossibilités.

---Bon nombre de ces travailleurs fluides ont laissé leur famille dans leur pays d’origine ,et ils doivent lui faire parvenir au moins de quoi vivre.

---Les accords internationaux ,l’entrée de la France dans l’euro ,le système financier international,ne permettent pas un contrôle rigoureux des flux monétaires .

---Le déreglement des taux de change crée des tensions extêmement fortes en faveur des flux monétaires. Ces tensions sont telles qu’une reglementeyion trop draconiènne entainerait des fraudes massives impossibles à réprimer.Les trafics ,générateurs d’argent sale ou noir et les opérations de blanchiement qui en resulteraient ,transformeraient notre pays en une vaste zone de banditisme maffieux.

---Les necessités du commerce et de la finance internationaux stimuleraient l’ingéniosité morbide de nos financiers pour détourner ce carcan grace aux paradis fiscaux et autres refuges des « milliards noirs »

Pour toutes ces raisons et d’autres que nous examinerons plus loin,cette solution a vite montré ses limites.

Le contrôle des flux monétaires s’avérant impossible à mettre en place dans le monde actuel,la troisième idée qui s’impose désormais consiste à diminuer la tension provenant de la distortion internationale qui règne dans les taux de change.

Pour bien illustrer la distortion des taux de change entre les monnaies nous allons prendre un exemple situé avant l’introductionde l’euro.

Un ouvrier ivoirien perçoit en Côte d’ivoire un salaire de 35.OOOFCFA/mois

Pour le même travail,

Un ouvrier français perçoit en France un salaire de 4.000 FF/mois

Les deux travaux étant identiques :

35.000FCFA = 4.000 FF donc :

1OO FCFA = 4.OOO / 350 =11,4 FF c’est la parité économique

Or le taux de change officiel est de 100 FCFA = 2 FF .

La distortion est de : 11,4 / 2= 5,7.

Le pouvoir d’achat de 1 FF est 5,7 fois plus grand en Côte d’ivoire qu’en France,ce qui signifie que le pouvoir d’achat du salaire que perçoit en France un ouvrier ivoirien ,est 5,7 fois plus élevé en Côte d’ivoire qu’en France.C’est irresistible !

On comprend ainsi parfaitement que si la distortion conjoncturelle disparaîssait et que le taux de change devenait : 100 FCFA=2x5,7= 11,4 FF,alors l’attrait économique de la France pour un travailleur ivoirien disparaitrait totalement.

Pour les industriels de France et de toutes les puissances coloniales,le grand inconvénient serait la fin des produits coloniaux bon marché(Bois,matières premières ,latex,coton…),mais en contreprtie,l’exploitation de notre pays par les travailleurs fluides cesserait.Moins de chômage,plus de croissance !!!Les pays en voie de développement vendraient leurs produits plus cher et acheteraient nos produits moins cher. Leur développement serait ainsi assuré avec une main d’œuvre maintenue au pays. Des marchés énormes s’ouvriraien à nos produits.Et puis,avec des taux de change harmonieux,plus d’aigrefins ,profiteurs ,financiers véreux,la marge disponible ne serait plus suffisante pour satisfaire leurs appétits funestes.

Cette solution est intellectuellement parfaite. Elle n’est malheureusement pas applicable actuellement ,en l’état.En effet si la réévaluation de 570% du CFA ivoirien avait lieu ,elle deviendrait économiquement abérrante par rapport au CFA malien voisin,et ,de proche en proche il faudrait réharmoniser alors quelques 200 monnaies de par le monde ,operation inimaginable dans l’immédiat.D’autant plus que certains pays comme la Chine utilisent précisément la faiblesse de leur monnaie pour initier la guerre économique à leur manière. Et que dire de la résistance que rencontrerait une telle mesure de la part des banques,organismes financiers,compagnies d’assurance qui tirent leurs profits scandaleux de ces désordres positivement kafkaiens.

Une autre voie possible ,à savoir l’équilibre parfait de la balance des paiements ,a vite montré ses limites,comme nous l’avons vu au chapitre correspondant.D’autant plus que les calculs concernant les mouvements des marchandises sont très incertains,que certaines ventes ont lieu à perte,que certaines marchandises sont subventrionnées,et que les mouvements monétaires courent plus vite que les marchandises proprement dites.L’impasse semble complète. Si les causes du déclin sont bien identifiées ,l’imbroglio mondial est tel qu’aucune solution immédiate ne se fait jour. Rien à faire…Il n’y a plus qu’à tirer l’échelle et attendre un signe…

Une lueur d’espoir,tout de même. L’économie est une science humaine en ce qu’elle est entièrement une création humaine . Si son fonctionnement est devenu complexe,il ne peut pourtant pas échapper au raisonnement logique ,déductif,cartésien. Et qui dit cartésien…Le problème etant correctement posé,la solution se trouve dans nos cerveaux.Et pour la trouver nous devons nous défaire des idées dont on nous bourre le crâne à longueur de journées par medias incompétents interposés qui justifient l’impuissance de nos hommes politiques .

La solution se trouve dans nos têtes,et c’est dans nos têtes qu’il nous faut la chercher. Cest beaucoup plus simple que vous ne le pensez. Le génie humain a mis au point des systèmes technologiques economiques qui ,assis derrière ma console d’ordinateur dans mon réduit sans fenêtre,me permettent d’acheter du coton sur pied en Egypte,puis de le revendre 4 jours plus tard à Tokyo en profitant d’une légère variation de cours Quelques minutes après que j’aie passé mon ordre,,le produit de cette transaction est porté sur mon compte,prèt à servir dans une autre transaction. Et des dizaines de milliers d’opérations financières analogues sont effectuées chaque jour de par le monde sans qu’aucune erreur ne soit jamais commise.Et un problème aussi simple que celui qui nous préoccupe ne peut être résolu par nos hommes politiques,énarques si compétants ?. A dautres !!!

Alors réfléchissons un peu.Nos dirigeants doivent se mettre dans le crâne que nous sommes entrés dans une guerre économique impitoyable.Nos enfants n’ont plus qu ‘un avenir bouché devant eux ,que le CPE ne pourra éclaircir. Il n’est plus temps de s’apitoyer sur le Darfour ,le Bengla desh et le conflit israelo-palestinien,sans parler de la fonte des glaces au Pôle Sud et du sort du colin et du cabillaud dans la Manche. « Ces pleurnicheries pseudo humanitaires qui camouflent un neo-colonialisme cupide,tout ça,c’est fini »,pour paraphraser le President Georges Pompidou.

Il nous faut maintenant adopter les mesures adéquates pour nous défendre,pour nous prémunir contre les effets dévastateurs du dérèglement mondial des taux de change que nous avons nous-mêmes installé.Si tous les pays (F) prenaient ces mesures,tous les autres pays du monde devraient alors harmoniser leurs taux de change et notre problème serait résolu.

Nous allons donc nous attacher à déterminer les MESURES DEFENSIVES à adopter.

La stabilité économique de notre pays ne peut résulter que d’un parfait équilibre des échanges de marchandises. Les entrées commerciales TOTALES doivent être rigoureusement égales aux sorties,cela,avec des marchandises achetées et vendues à leur prix , sans subvention.Les marchandises provenant de pays (f)au prix (Mf) ,les marchandises des pays (F) au prix (MF).Pour tenir compte des disparités des taux de change avec les différents pays,l’équilibre doit être réalisé séparément avec chacun d’entr’eux .La réalisation de ces objectifs passe par l’intégration dans nos modes de pensée,de 2 nouveaux concepts .

-- I) LA MARCHANDISATION GENERALISEE DES PRODUITS.

Toute activité humaine mobilise une force de travail,utilise des matières premières et nécessite des locaux et des machines . Cette activité aboutit à un PRODUIT matériel ou immatériel. Par exemple,une marchandise,un service ,un produit culturel,un spectacle. Toute activité humaine aboutit à un produit qui a un coùt et un prix.Nous conviendrons que toute activité humaine aboutit à une marchanduse .C’est la MARCHANDISATION GENERALISEE.

On peut remarquer en passant que ce concept dissipe une difficulté dans la théorie de Karl Marx.Il n’a pas réussi à intégrer le travail de la femme de ménage ou de l’acteur dans sa théorie générale des plus-values,scotché qu’il était sur la production industrielle de produits matériels.

A cet égard,on notera la Marchandisation rapide de l’ »Aide à la personne » encouragée par l’Etat,et pseudo-fordisée par des mesures fiscales qui intègrent la moitié de son coùt dans le « panier familial » de ceux qui l’utilisent.

---II) LA MARCHANDISATION DE L’ARGENT MONETAIRE.

Une marchandise quelconque ,produite en France ,et vendue à l’étranger,provoque une entrée d’argent en France.On peut dire que toute entrée d’argent en France correspond à une exportation,même si la matière ne quitte pas le territoire.

Par exemple ,un touriste étranger qui vient séjourner en France et y dépense une certaine somme d’argent pour payer son séjour à l’hotel,exporte son séjour.Il paye cette exportation avec l’argent qu’il verse à l’hotelier.

Une marchandise quelconque ,achetée et consommée à l’étranger par un français ,correspond à une sortie d’argent de France pour acquerir un produit à l’étranger.On peut dire qu’une sortie d’argent de France est une importation.

Par exemple,un travailleur fluide (f l) qui vend sa force de travail en France ,et expédie la totalité de son salaire à l’étranger,importe sa force de travail

Cela dit,dès lors que l’équilibre des échanges est ainsi parfaitement équilibré avec chaque pays,la France va se trouver dans un système d’équilibre parfait,et développer sa propre économie.

Notons qu’un touriste français qui passe ses vacances en Egypte achète son séjour en Egypte. Il importe son séjour.Pour assurer l’équilibre des flux monétaires avec l’Egypte,la France devra exporter vers ce pays des marchandises quelconques , pour un même montant.Si le taux de change est défavorable pour l’Egypte,par exemple 1 pour 2,l’Egypte vendra 2 jours de séjour à un français et pour la même somme,un égyptien devra acheter 1 jour de séjour en France dans un hôtel de même catégorie.Cette situation deviendra vite intenable pour l’Egypte qui sera contrainte de changer la parité de sa monnaie pour la ramener à 1 pour 1(ou à peu près pour tenir compte des systèmes économiques).

En marchandisant les flux monétaires des travailleurs fluides (f l) vers leur pays d’origine,nous nous trouvons devant la situation suivante :

Un travailleur fluide tunisien travaille en France et envoie le produit de sa rémunération dans son pays.Le taux de change de 3 our 1 est défavorable pour la Tunisie.

Le travailleur envoie 1000 euros en Tunisie,c’est une importation pour la France.1000 euros de marchandises élaborées en France n’y trouvent pas de débouché .Pour équilibrer les flux,la Tunisie devra acheter 1000 euros de marchandises à la France au prix (MF) .Précisément,ces marchandises que le travailleur tunisien à élaborées en France et qui attendent un acheteur.

Pour la France,la situation est parfaitement équilibrée.Le travailleur tunisien a élaboré 1000 euros de marchandises en France,il a envoyé 1000 euros en Tunisie,et la Tunisie a acheté les 1000 euros de marchandisesà la France.

Qu’en est il pour la Tunisie du fait des taux de change ?

Le tissu vaut 10 euros le métre en France et 3,33 euros le mètre en Tunisie.Avec ses 1.000 euros ,le travailleur tunisien achète 300 mètres de tissu en Tunisie .Mais la Tunisie doit acheter à la France 1.000 euros de tissu à 10 euros le mètre,soit 100 mètres de tissu et fournir 300-100= 200 metres de tissu local au travailleur tunisien.Ce tissu supplémentaire aura couté 200x3,33 = 666 euros à la Tunisie qui financera ainsi le profit que ce travailleur aura tiré de la faiblesse du taux de change tunisien.

Il va sans dire que cette situation est intenable pour la Tunisie qui devra impérativement harmoniser ses taux de change….ou rapatrier ses travailleurs .

Le lecteur aura remarqué l’AUTOMATISME de l’équilibrage des échanges sur l’équilibrage des taux de change ,au même titre que la loi de l’offre et de la demande régule automatiquement le prix des marchandises

La solution de la crise économique dans laquelle la France est plongée se touve résumée dans les deux concepts suivants :

 

---I) MARCHANDISATION GENERALISEE DES MERCHANDISES ET DE L’ARGENT.

---II) EQUILIBRE RESPECTIF DES ECHANGES AVEC CHAQUE PAYS.

L’équilibre des échanges doit se faire sous le contrôle implacable des services financiers,fiscaux,douaniers et policiers. Il en va de la survie de notre pays et de notre culture.Et qu’au moins,l’Administration et ses milliards serve à quelque chose d’utile.

Lorsque tous les taux de change seront enfin harmonisés,les différences de prix d’un même produit ne dépendront plus que des differents systèmes économiques(fordien,pauperiste),et de la productivité du travail dans les différents pays. De la sorte ,un produit fabriqué industriellement ,en grande quantité ,avec des moyens de production sophistiqués dans un système fordien,pourra avoir un prix moins élevé que le même produit fabriqué artisanalement dans un pays pauperiste.On peut espérer que les lois du marché harmoniseront alors les modes de production et les systèmes économiques en faveur du plus performant.

Nous n’avons pas traité ici le problème des investissements en capital productif faits à l’etranger ou que l’etranger fait en France,ni des problèmes strictement financiers. Ces études font appel à des concepts que nous n’avons pas encore élaborés. Ce sera l’objet d’une étude ultérieure…Je l’espère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by H. - dans economie
commenter cet article

commentaires